Press Release Open Letter Signatures Notable Quotes

Download  Adobe Acrobat   EN | FR

An Open Letter to the Leaders of Canada’s Federal Political Parties
From economists teaching in Canadian colleges and universities

(La version française suit ci-bas)

One of the few issues on which most economists agree is the need for public policy to protect the environment. Why so much agreement? Because in the absence of policy, individuals generally don’t take the environmental consequences of their actions into account, and the result is “market failure” and excessive levels of pollution. Environmental degradation diminishes the quality of life for all of us. And without a healthy environment, we can’t sustain a healthy economy. We, the undersigned, have therefore joined together to express our shared views on effective policies to address climate change.

We are non-partisan and will undoubtedly be supporting different parties in this election. Our goal is not to criticize or praise one party or another, but rather to offer our collective views, as economists, to help inform public debate on these matters at a critical time – during a federal election campaign.

What Needs to be Done
While Canada clearly cannot solve the climate change problem on its own, we need to do our part, and this requires immediate and substantive action by our federal government. We make this statement fully acknowledging the importance of other issues to Canadian voters, such as the turmoil in financial markets and our military involvement in Afghanistan. But climate scientists state that we bear the costs of our lack of action on carbon reduction on a daily basis, and within a few decades the impacts of climate change could be truly catastrophic—unless we take action now. Even those who are not quite convinced by today's scientific evidence need to consider the costs of not acting now. If they turn out to be wrong, and we wait for complete certainty, it will be too late.

All the major political parties have stated that they understand the need to act on carbon emissions. The question then becomes what action to take. Any action (including inaction) will have substantial economic consequences and , thus, economics lies at the heart of the debate on climate change.

With this letter, we hope to help put the debate on a more solid economic foundation by offering the following set of principles upon which we believe climate change policy should be founded.

  1. Canada needs to act on climate change now.
  2. Any substantive action will involve economic costs. Any effective carbon-reduction policy will necessarily entail changing the way we live and do business. All forms of regulation, taxes, or markets for the exchange of emission permits that have a significant impact on greenhouse gas emissions will affect the prices of carbon-intensive goods.
  3. These economic impacts cannot be an excuse for inaction. Climate scientists are clear on the costs of inaction, and that these costs will accumulate well beyond the current business cycle, possibly at an accelerating rate. Active and effective climate change policy should be seen as an investment that will yield pay-offs for ourselves, our children and our grandchildren. Given the need to act, the question then becomes which policies would obtain the carbon reduction goals we establish with the lowest cost and greatest level of fairness.
  4. Pricing carbon is the best approach from an economic perspective. Approaches to reaching any particular climate change goal that involve pricing carbon, such as carbon taxes and cap and trade systems, involve less economic damage to businesses and families than the alternatives. Carbon pricing is good for several reasons:
    1. Pricing allows each business and family to choose the response that is best and most efficient for them. Firms and families will differ greatly in the options they have for reducing their use of carbon, as well as in the value they place on carbon-generating activities. Price mechanisms give everyone the incentive to reduce their carbon use, but to do so to the degree and in the way that is best for them. This is the main reason that pricing policies are the lowest-cost way to meet our climate change goals.
    2. Pricing induces innovation. As the price of carbon increases, users of carbon intensive goods will demand alternatives. This will induce innovations in the goods and services that are produced, how those goods and services are produced, and the way people live. By moving relatively early in terms of climate policy, Canada has an opportunity to innovate and sell new technologies to the rest of the world.
    3. Carbon is almost certainly under-priced right now. In a fully efficient price system, the price we pay for a product would reflect the full costs of producing and using it, including the costs to the environment. Prices do not currently reflect those environmental costs. When carbon is under-priced, consumers and businesses tend to use too much of it. Policies that increase the price of carbon provide the proper incentives for consumers and businesses when they are making their investment and consumption decisions.
  5. Regulation tends to be the most expensive way to meet a given climate change goal. Under regulation, businesses and consumers are mandated to take particular actions related to carbon use (e.g., use a particular technology or stay under mandated levels with no option to trade carbon emission rights). As a result, they are not given the choice of adjusting in the way that is best for them. Regulation therefore increases the costs of achieving carbon reduction compared to when pricing mechanisms such as a carbon tax or a cap and trade system are used. Furthermore, while regulations imposed on firms may appear to be so far removed from the typical consumer that they might think they will not bear these costs, this is not true. Those increased costs will be passed on to consumers due to normal market forces. There may be circumstances when regulation is the appropriate policy tool, but in most cases it is the most economically damaging.
  6. A carbon tax has the advantage of providing certainty in the price of carbon. Under a carbon tax, a charge is added to the sale of all fuels according to the carbon emitted when they are used. With a well-designed carbon tax strategy, the tax will be introduced gradually and increased in pre-announced increments until the environmental target is reached . This provides investors with a degree of certainty that is good for business, and allows consumers to make adjustments knowing what is coming. The exact impact of the price increase on the quantity of carbon emitted can be predicted, although with some margin of error. A carbon tax thus involves choosing price certainty but accepting some uncertainty in total carbon emissions.
  7. A cap and trade system provides certainty on the quantity of carbon emitted, but not on the price of carbon and can be a highly complex policy to implement. In a cap and trade system, an upper limit (cap) is set on carbon emissions, usually for a particular industry. The government must then make a decision about whether to auction the permits (known as allowances), requiring each firm to buy enough allowances to cover its total emissions. Normal market forces then determine the price of these allowances such that supply equals demand. A cap and trade system with auctioned allowances then acts much like a carbon tax. The price cannot, however, be predicted in advance. Alternatively, the government can issue allowances to firms without charge, then open up the market for trading. In this situation, there is both the uncertainty about the price and potential for significant problems to emerge in the market based on how the allowances are initially allocated. The Emission Trading System in the European Union began by distributing too many allowances and as a result the price fell to close to zero, rendering the policy ineffective. Thus, while a cap and trade system can in principle be equivalent to a carbon tax in terms of its ultimate impacts on the price and quantity of carbon, and will generally give more certainty in meeting environmental targets if the allowances are properly chosen, the price uncertainty in the cap and trade system generally implies a worse environment for long-range decision-making on the part of businesses and consumers.
  8. Policies that impose costs on producers (big or small) affect consumers. Some voters seem to think that policies like cap and trade, which apply directly to producers, have less impact on the prices they face than carbon taxes, where the impact can be seen immediately. In fact, voters would do better to assume that all such policies would, ultimately, affect the prices they pay. Indeed, since the goal of these policies is to change what we buy, policies applied to producers must affect the prices faced by consumers if they are to meet environmental goals. The argument that a policy capable of reducing carbon emissions will only affect producers is without economic merit.
  9. Price mechanisms can be regressive and our policy should address this. Like most taxes on goods and services that are widely consumed, carbon pricing will have a larger negative effect on lower income Canadian families than others. As we have stated, the same is true of regulation since regulation also raises costs of production and those increased costs will ultimately show up in higher prices. Thus, whatever policy is used, a complete policy should include some element of redistribution to address the impacts it will have on the least well off in our society. Not only will the costs to consumers ultimately be lower under a carbon tax or auctioned emission permits, these latter policies also have the potential to bring revenue into the government that can be used to help offset any inordinate hardship experienced among the least well-off. This is not true of regulatory approaches, or of a cap and trade system in which the allowances are allocated without charge to emitters.
  10. A pricing mechanism can allow other taxes to be reduced and provide an opportunity to improve the tax system. With the revenue brought in from a carbon tax or from auctioning the allowances in a cap and trade system, governments can provide general cuts in income and/or corporate taxes. Such systems can be “tax neutral”, meaning the increased burden of the carbon taxes is exactly offset by tax reductions elsewhere, but this result will depend on the details of the particular policy adopted. Under such a plan, lighter carbon users will tend to pay lower taxes overall, while heavier polluters will pay more, corresponding to their greater negative effects on the environment. At the same time, all individuals will continue to have an incentive to reduce their carbon emissions when prices include the cost of their carbon usage. If the tax redesign is done thoughtfully, Canada could move toward an overall tax system, which imposes fewer burdens on the economy and, as a result, leads to a more productive economy for all Canadians.

In closing, we ask you, the leaders of Canada’s major political parties, to immediately begin a substantive public debate, grounded in the generally accepted economic principles outlined above, on the best ways to address climate change. Our collective future is truly in your hands.

Names and titles of signers

go to Top

Lettre ouverte aux représentants des partis politiques fédéraux canadiens
Des professeurs enseignant l’économique dans les collèges et universités canadiennes

Une des rares problématiques sur lesquelles la plupart des économistes s’entendent est la nécessité d’établir une politique publique de préservation de l’environnement. Pourquoi ce consensus? Parce qu’en l’absence d’une telle politique, les individus n’ont généralement pas d’incitation à prendre en compte les conséquences environnementales de leurs actions. Il en résulte une « défaillance du marché » qui mène à des niveaux excessifs de pollution. La dégradation environnementale diminue notre qualité de vie à tous et nous ne pouvons soutenir une économie saine sans un environnement sain. Nous, soussignés, unissons nos voix pour exprimer notre désir commun que soient mises en œuvre des politiques efficaces pour lutter contre les changements climatiques.

Nous sommes non-partisans et, individuellement, nous allons très probablement encourager différents partis politiques lors de la prochaine élection. Notre but n’est pas de critiquer ou d’encenser un parti ou un autre, mais plutôt d’émettre, en tant qu’économistes, une opinion commune pour alimenter le débat public sur ces questions durant la campagne électorale fédérale.

Ce qui doit être fait
La question des changements climatiques nécessite une action immédiate et substantielle de la part de notre gouvernement fédéral. Nous faisons cette affirmation sans pour autant vouloir minimiser l’importance que revêtent aux yeux de l’électorat canadien d’autres considérations comme la crise des marchés financiers et l’engagement militaire en Afghanistan. Cependant, nous subissons quotidiennement les coûts de notre incapacité à réduire les émissions de carbone. Dans quelques décennies à peine, les conséquences des changements climatiques pourraient être catastrophiques si des actions concrètes ne sont pas entreprises dès maintenant. Même ceux qui demeurent sceptiques face au consensus scientifique actuel doivent envisager les coûts du statu quo. Il sera trop tard pour agir si on attend des certitudes.

Tous les principaux partis politiques ont déjà reconnu le besoin d’agir pour réduire les émissions de carbone. La question est maintenant de savoir comment intervenir. Toute action (y compris l’inaction) aura des conséquences économiques importantes et donc les principes économiques doivent être au cœur des politiques de lutte contre les changements climatiques.

Par cette lettre ouverte, nous espérons enrichir ce débat en proposant une série de principes économiques sur lesquels nous croyons que la politique des changements climatiques doit se fonder.

  1. Le Canada doit agir maintenant contre les changements climatiques.
  2. Toute action substantielle impliquera des coûts pour l’économie. Toute politique efficace de réduction des émissions de carbone impliquera nécessairement des changements de notre façon de vivre et de faire des affaires. Toute forme de réglementation, de taxation ou de marché des permis échangeables qui réduit de manière significative les émissions de gaz à effet de serre aura aussi une influence sur les prix des produits à haute teneur en carbone.
  3. Ces impacts économiques ne doivent pas servir de prétexte à l’inaction. Les climatologues s’entendent généralement sur le fait que des coûts sont associés à l’inaction. De plus, ils prédisent que ces coûts vont s’accumuler et perdurer bien au-delà du cycle économique actuel, et ce possiblement à un rythme croissant. Une politique de lutte contre les changements climatiques effective et efficace devrait être perçue comme un investissement dont le rendement profitera non seulement à nous-mêmes, mais aussi à nos enfants et à nos petits enfants. Compte tenu de la nécessité d’agir, la question devient alors : Quelles politiques permettraient d’atteindre des cibles de réduction de carbone désirées avec le plus d’efficacité économique et le plus d’équité sociale?
  4. La tarification du carbone est la meilleure approche d’un point de vue économique. Toute approche visant à enrayer les changements climatiques par la tarification du carbone, telle que la taxation des émissions ou l’adoption d’un système de permis échangeables, aura moins de répercussions économiques négatives sur les entreprises et les familles que les approches concurrentes. La tarification du carbone est privilégiée pour plusieurs raisons :
    1. La tarification permet à chaque entreprise ou famille de choisir la réponse qui lui convient le mieux. Les options pour réduire l’usage du carbone varieront grandement d’une entreprise ou d’une famille à l’autre, de même que la valeur que ces dernières accordent aux activités génératrices de carbone. Les mécanismes de contrôle par les prix donnent à chacun une incitation à réduire ses propres émissions et surtout de le faire de la manière et au niveau qui lui convient le mieux. Ceci constitue la principale raison pour laquelle les politiques tarifaires représentent la façon la moins coûteuse de lutter contre les changements climatiques.
    2. La tarification engendre l’innovation. Au fur et à mesure qu’ils verront le prix du carbone augmenter, les utilisateurs de biens à haute teneur en carbone rechercheront des produits substituts. La demande accrue induira des innovations dans la production des biens et services, dans les procédés de fabrication et dans les habitudes de vie. En s’attaquant relativement tôt à la problématique des changements climatiques, le Canada aura l’opportunité d’innover et de vendre de nouvelles technologies au reste du monde.
    3. Le carbone est très certainement sous-évalué à l’heure actuelle. Dans un système tarifaire totalement efficace, le prix d’un produit devrait refléter son coût de production et d’utilisation, incluant le coût des dommages causés à l’environnement. Actuellement, les prix des biens et services n’incluent pas les coûts environnementaux. Lorsque le carbone est sous-évalué, les consommateurs et les entreprises ont tendance à en faire un usage excessif. Les politiques d’augmentation du prix du carbone procureront aux consommateurs et aux entreprises les incitatifs appropriés lorsqu’ils prendront leurs décisions d’investissement et de consommation.
  5. La réglementation paraît être le moyen le plus dispendieux d’atteindre des réductions dans les émissions. S’ils sont réglementés, les entreprises et les consommateurs ne pourront pas ajuster leurs choix de la manière qui leur convient le mieux. La réglementation aura donc pour conséquence d’augmenter les coûts de réduction des émissions de carbone comparativement aux mécanismes basés sur les prix comme une taxe sur le carbone ou un système de permis échangeables. De plus, même si la réglementation imposée aux entreprises peut paraître à première vue étrangère aux préoccupations du consommateur type, il ne faut pas oublier que c’est à ce dernier qu’incombera le fardeau des coûts additionnels que les entreprises ne manqueront pas de lui refiler à travers les forces normales du marché. Dans certaines circonstances, la réglementation peut constituer l’instrument approprié, mais elle causera, dans la plupart des cas, davantage de dommages économiques.
  6. Une taxe a l’avantage d’offrir une certitude sur le prix du carbone. Sous un régime de taxation du carbone, le prix des différentes sources d’énergie s’accroît en fonction de leur niveau d’émissions. Une stratégie de taxation bien planifiée introduirait la taxe graduellement et l’augmenterait progressivement et de manière prévisible. Ceci procurerait aux investisseurs le degré de certitude nécessaire à la bonne marche de leurs affaires, tandis que les consommateurs pourraient s’ajuster aux changements graduels des prix. L’impact précis d’une hausse du prix sur la quantité de carbone émise peut être prédit avec une certaine marge d’erreur. Une taxe sur le carbone implique donc la certitude sur le prix du carbone mais de l’incertitude sur le niveau total des émissions.
  7. Un système de permis échangeables assure l’atteinte de cibles de réduction des émissions mais à un prix du carbone incertain et son implantation peut être complexe. Dans un système de permis échangeables, une limite supérieure (plafond) sur les émissions de carbone est établie. Habituellement, cette limite varie par industrie. Le gouvernement doit ensuite prendre la décision de vendre les permis aux enchères ou de les distribuer gratuitement. Dans les deux cas, chaque entreprise doit posséder une quantité suffisante de permis pour couvrir ses émissions. Les forces normales du marché ajustent le prix des permis jusqu’à ce que l’offre soit égale à la demande. Ce prix ne peut cependant pas être parfaitement prédit à l’avance. Mais, un système de permis échangeables avec vente aux enchères des permis fonctionne en gros comme une taxe. Alternativement, le gouvernement peut décider de distribuer les permis aux entreprises gratuitement avant d’ouvrir le marché. Cette situation implique aussi de l’incertitude quant au prix mais peut également poser de graves problèmes si la quantité initiale de permis n’est pas adéquate. Le Système d’échange d’émissions de l’Union européenne a initialement alloué trop de permis, provoquant ainsi une chute de leur prix à une valeur presque nulle, rendant le système inefficace. Par conséquent, bien qu’un système de permis échangeables puisse en principe équivaloir à une taxe sur le carbone en termes de ses impacts sur le prix et la quantité des émissions, et malgré le fait qu’il offre plus de certitude sur l’atteinte de cibles environnementales, l’incertitude concernant le prix du carbone dans un tel système compliquera la prise de décisions de long terme des entreprises et des particuliers.
  8. Les politiques qui imposent des coûts aux producteurs (petits et grands) ont aussi des conséquences pour les consommateurs. Les électeurs semblent penser que les politiques qui s’appliquent directement aux producteurs, comme par exemple les systèmes de permis échangeables, ont moins d’impact sur les prix que les taxes, comme celle sur le carbone dont l’impact est visible immédiatement. Les électeurs devraient plutôt présumer que toutes ces politiques viendront ultimement influencer les prix qu’ils paient. En effet, puisque leur but est de changer nos habitudes de consommation, les politiques qui s’appliquent aux producteurs doivent, pour être effectives, avoir un impact sur les prix auxquels sont confrontés les consommateurs. L’argument selon lequel une politique visant à réduire les émissions de carbone n’affectera que les producteurs n’a pas de sens sur le plan économique.
  9. Les mécanismes de contrôle par les prix peuvent être régressifs et ce problème doit être pris en compte. Comme les taxes appliquées sur l’ensemble des biens et services de consommation, la tarification du carbone aura un effet négatif plus prononcé sur les familles canadiennes à faible revenu que sur les autres. Comme nous l’avons déjà mentionné, le même constat s’applique au cas de la réglementation puisque celle-ci accroît les coûts de production et donc ultimement les prix. En somme, quelle que soit la politique qui sera mise en application, celle-ci devrait prévoir un mécanisme de redistribution pour aider les moins biens nantis de notre société. Non seulement la taxation du carbone et l’enchère des permis échangeables sont des politiques qui permettraient de minimiser les coûts aux consommateurs, mais elles ont aussi le potentiel de générer des revenus que le gouvernement pourrait redistribuer à ceux qui sont le plus durement touchés par ces politiques. À l’inverse, la réglementation de même que l’allocation gratuite des permis ne permettent pas une telle redistribution.
  10. Un mécanisme basé sur les prix du carbone peut permettre la réduction d’autres taxes et d’améliorer ainsi le système de taxation. Grâce aux revenus additionnels générés par la taxation du carbone ou l’enchère des permis dans le cadre d’un système de permis échangeables, les gouvernements pourraient offrir des baisses générales d’impôt aux particuliers et/ou aux entreprises. De tels systèmes peuvent être « neutres », c’est-à-dire que le fardeau fiscal additionnel engendré par la taxe sur le carbone pourrait être entièrement compensé par des baisses d’impôt. Le résultat exact dépendra des détails de la politique spécifique qui sera adoptée. Dans un tel contexte, ceux qui font un usage peu intensif du carbone paieront moins de taxes que ceux qui polluent davantage. De plus, tous les individus continueront à avoir intérêt à réduire leurs émissions puisque celles-ci ont un coût. Si la révision du système de taxation est faite intelligemment, le Canada pourrait bénéficier d’un système moins couteux pour l’économie favorisant ainsi la croissance au bénéfice de tous les Canadiens.

En terminant, nous vous demandons à vous, les chefs des principaux partis politiques, d’initier dès maintenant un important débat public, basé sur ces principes économiques de base, concernant la meilleure manière de résoudre la problématique des changements climatiques. Notre avenir collectif est entièrement entre vos mains.

Names and titles of signers